Adulte HP : Diagnostic tardif et bouleversement identitaire

De nombreux adultes sont amenés à découvrir qu’ils sont HP, suite au diagnostic HP d’un de leur enfant. Surprise, choc, rassurance, déni, compréhension et incompréhension en même temps… Bref : c’est souvent un ascenseur émotionnel.

Mais pourquoi donc nous réagissons ainsi ?

De nombreux HP se sentent “différents”… en décalage avec les autres, avec un environnement professionnel, à l’école… Et lorsque l’on grandit avec ce sentiment de décalage – plus ou moins mal vécu – on construit une bonne partie de notre identité autour de ce décalage. On a comme construit une forteresse sur une zone inconfortable, en se persuadant que “c’est ça, le confort”. Vous l’aurez compris, cette métaphore n’est pas dans le “trip” développement personnel – “sortez de votre zone de confort” etc. Là, on parle de cohérence intérieure avec soi-même.

Revenons à la prise de conscience.

Votre enfant est HP (ou votre neveu, votre petite soeur… bref, un proche), et puis petit à petit, des éléments viennent confirmer que vous l’êtes aussi. Autant pour lui, ça a été un soulagement vous permettant de comprendre pas mal de choses, notamment son fonctionnement, son raisonnement et ses émotions. Mais quand il s’agit de vous… un léger black out vient occulter tout ça. Pris entre le soulagement et le tourbillon de nouvelles pensées, vous ne savez plus si c’est une bonne ou une mauvaise nouvelle.

Pourquoi ?

C’est comme si vous aviez une carte d’identité incomplète. Vous avez vécu avec jusque là : en vous cachant, en évitant de devoir trop vous exposer, pour éviter d’avoir à montrer cette identité tronquée. Et là, via des mots mis sur des ressentis ou sur des intuitions… une forme de liberté s’offre à vous et vous devez vous en approprier. Vous commencez à comprendre pas mal de choses de l’enfance, à comprendre des dysfonctionnements, des temps d’ennuis – mais surtout, pourquoi vous n’êtes pas à l’aise dans certains environnements.

MAIS vous comprenez aussi pourquoi vous êtes si curieux, pourquoi vous êtes prêts à foncer vers quelque chose quand vous y trouvez du sens et pourquoi vous recherchez toujours à mieux comprendre le monde qui vous entoure. Pourquoi vous appréciez aussi de passer du temps avec untel ou unetelle.

Et donc, les intuitions que vous aviez selon certaines circonstances s’avèrent être bonnes : vous avez le droit de faire comme ci ou comme ça car cela fait partie de vous. Et c’est comme si vous vous rendez compte que votre identité-maison est en fait un mobil-home et que vous avez le droit de le déplacer dans une autre zone qui vous ressemble plus (on va parler de zone de pensées, zone de travail, zone de raisonnements, zone relationnelle, zone de projets).

Mais ça demande du temps.

Détection tardive HP, trouble Dys, TDA, Asperger,…

Il n’est pas rare qu’une personne HP soit concernée par un autre diagnostic. Un trouble Dys (dysgraphie, dyspraxie, dyscalculie…) ou un TDA (Trouble du Déficit de l’Attention) ou un profil plus Asperger. (Les Dys sont des handicaps invisibles)

Jusqu’à maintenant vous vous sentiez nul(le) dans un domaine (et même l’école a officiellement attesté cette “nullité”). Par exemple, une personne dysgraphique sans le savoir a grandi en pensant qu’elle était nulle en écriture. Ça a sans doute freiné sa créativité dans l’écriture, dans l’expression et lui a fermé les portes (scolaires) des domaines où la réflexion est importante mais doit être écrite : philo, économie, politique…

Pour les dyspraxiques, les arts, la géométrie, les recettes de cuisine où beaucoup de manipulation sont demandées… ce n’était pas pour vous, avec regrets, frustrations et tristesse.

Les TDA, vous étiez souvent jugés “cancres” de la classe. Votre difficulté d’attention ont eu pour conséquences des bulletins scolaires qui ne seront jamais encadrés.

Notre vision de nous-même : passer d’une échelle à des « catégories »

Jusqu’à maintenant, vous vous évaluez sur une échelle, comme des notes sur 20 (“je suis nulle”, “j’ai eu 5/20”…), alors que maintenant, vous pouvez vous identifier par des “mots” qui résument rapidement votre profil “différents” (“Je suis comme ça”). Et là, votre vision de vous même change totalement. Vous n’êtes plus sur une échelle de valeur, mais vous êtes d’une autre couleur, d’un autre parfum. Autant on n’arrive pas à raisonner en restant dans une case, autant là, dans cette situation, le fait de pouvoir « se ranger » dans une case est rassurant car… POUR UNE FOIS ! C’est possible !

En plus d’un diagnostic HP posé, c’est tout un “mindset” sur soi-même qui doit être changé. Sa vision de soi-même, avec des éléments concrets et scientifiquement expliqués. C’est comme l’histoire des éléphants, vous la connaissez ? Bébés, ils sont attachés par de fins cordons à la patte. Quand ils grandissent, leur maître les attachent toujours avec les mêmes cordons et ça marche : l’éléphant se sent attaché et ne bouge pas… alors qu’il aurait largement la force de s’en dégager.  

Les différentes phases sont souvent celles-ci : prise de conscience – compréhension – acceptation – libération – appropriation et envol… (Titres digne d’une saga non ??!)

Bon cheminement et merci de partager autour de vous (— pour la libération d’autres atypiques !!)

Et pour lire d’autres articles qui pourraient concerner les HP, c’est ici.

Mots clés :