#9 : « Touche-à-tout », mais dispersé ? Aller au bout des choses.

Slasheurs : Touche à tout mais disperséVous êtes « touche-à-tout » ? Slasheurs ? Multipotentiels ? Vous avez la capacité de faire pleins de choses ? Super ! Mais le revers de la médaille c’est qu’en faisant beaucoup de choses, vous avez du mal à aller au bout de ce que vous commencez. Voici quelques éléments à vérifier dans votre environnement de travail pour vous aider à vous focaliser sur vos projets.

On y aborde :

– l’environnement de travail
– la raison pour laquelle vous travaillez
– les dimensions de votre vie que vous ne devez pas mettre sous pression professionnelle
– ou encore votre type de carburant (motivation !)…

Durée d’écoute : 9’41 (version texte plus bas !)

Merci de vous abonner aux Podcasts. Vous pouvez nous suivre via l’app podcast de itunesDeezerStitcher ou sur Soundcloud, ou encore revenir sur le site internet. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook, Instagram et Twitter.

Pour nous écrire, vous pouvez envoyer un mail à hello@slalompro.fr

Vous pouvez écouter d’autres podcasts : c’est ici.

Pour passer (gratuitement) le test des intelligences multiples, c’est ici.

Version texte : Slasheurs : Touche à tout mais dispersés ?

Le podcast sur les Couteaux Suisses ( ou slasheurs ) a beaucoup interpellé. J’ai eu l’occasion d’échanger avec certains auditeurs suite à la diffusion, et voici ce qui en ressort.

Le principal reproche…

Eux mêmes le déplorent : en faisant pleins de choses, ils ont du mal à aller jusqu’au bout des choses. Ils ont la sensation de ne pas aller en profondeur des choses.

Je vais tenter de répondre ou du moins donner des tentatives de réponses ou de compréhension de tout cela. Même si ce sont les échanges avec les slasheurs qui ont inspiré cet épisode, beaucoup d’éléments que nous aborderons ici concernent beaucoup plus de personnes, en particulier les personnes qui ont du mal à terminer des projets.

  • Le contexte de travail qui vous correspond

Par exemple, le fait de travailler seul ou en équipe. Certains préfèrent travailler seul car ils savent où ils vont, alors qu’en équipe, ils ont plus de mal à trouver leur place, ou les autres ont du mal à les suivre. Peut être aussi qu’il n’y a pas d’affinité ou de compatibilités professionnelles entre les membres de l’équipe. Si on vous donnait le choix de choisir votre dream team, beaucoup de choses seront différentes.

  • Les deadlines de ce que vous devez rendre

Certains ont besoin de plus de temps, alors que d’autres sont efficaces lorsqu’ils ont une certaine pression au niveau timing – comme un stress efficace qui les propulse ou non. Par contre attention, si vous travaillez en équipe et que vous êtes le seul à aimer travailler au dernier moment, c’est pas très cool pour les autres, donc respectez cela ! Si vous avez besoin de temps, exercez vous à faire des retro-plannings et les respecter.

  • Les objectifs

Mais surtout, la façon dont vous vous fixez des objectifs est importante : grands objectifs ou objectifs par paliers, à court, ou moyen terme… là aussi, testez différentes façons de vous fixer des objectifs. Lorsque le travail est trop grand et semble immense, les objectifs concrets par paliers peuvent vous aider à avancer et surtout à visualiser ce qu’il vous reste à faire.

  • Votre rythme de travail et votre rythme de pause

Il faut connaître ce qui vous correspond le mieux en terme de rythme, et voir surtout si c’est compatible avec votre poste et vos conditions de travail, et trouvez différentes façons d’établir ce rythme.

  • La motivation

On traverse souvent plusieurs phases de motivation. Lors d’un lancement de projet, c’est là où les slasheurs ou les multipotentiels sont souvent totalement en feu !! Alors que certains sont motivés à voir les résultats, à atteindre les objectifs fixés, d’autres sont souvent motivés par la stimulation intellectuelle et créative que provoque la recherche d’idées et de solutions. Quand vous êtes à la genèse d’un projet, au commencement d’une belle aventure, vous vous sentez pleinement dedans et vivant. Par contre, c’est plus compliqué quand l’excitation retombe et que le travail demande moins de stimulation mais plus de concentration et de stabilité pour pérenniser un projet.

  • La cause

Autre source de motivation qui est primordiale : la cause que soutient le travail que vous fournissez. On est motivé par ce que l’on fait, mais aussi par la raison pour laquelle on le fait. Si vous n’arrivez pas à aller jusqu’au bout des choses, alors que les activités que vous faites vous plaisent (par ex, du Design, de l’écriture, du marketing),… , peut être que les raisons ou la cause que soutient votre travail ne vous font pas forcément triper… par ex, faire du design pour un tube de dentifrice alors que vous êtes attirés ou passionnés par d’autres domaines. Ca touche également au sens que vous y mettez ou que vous y trouvez. Certaines personnes sont tellement passionnées par une cause à porter que peu importe la tâche à réaliser pour obtenir des résultats, et bien elles vont la faire.

  • Passions : Ressourcements ou pressions ?

Parmi tout ce que vous aimez faire, parmi toutes vos compétences, essayez de distinguer les passions ou les activités qui ne doivent finalement pas être soumises à une pression professionnelle… Ou du moins, pas tout de suite. Je pense notamment aux passions qui touchent le domaine artistique comme la musique, la photo, le dessin ou la peinture. Si certains veulent et peuvent en vivre, d’autres ont besoin de garder ces activités comme des temps de ressourcement. Ceci, afin de ne pas mettre sous pression par des contraintes professionnelles ou des pressions financières. Et ça peut être valable aussi pour des compétences techniques comme l’écriture ou le montage vidéo. C’est peut être pas encore le moment d’impliquer ces activités dans votre sphère professionnelle.

  • Dream life vs. Reality

Mais pour finir, je ne peux pas vous laisser sans prendre en compte la réalité. Il y a « L’idéal », ce que tout le monde souhaite pour sa vie, mais il y a aussi la réalité. Là, je vais aller à contre courant de toute cette mode de développement personnel qui met en avant les rêves, les passions, vivre de sa passion, travailler sans contraintes etc… Je ne peux qu’être d’accord avec ces aspirations, mais il faut être réaliste. On n’y arrive pas tout de suite, ni en claquant des doigts.

Ce qui nous ramène dans la réalité, c’est la notion de responsabilité. La responsabilité, c’est la réponse que l’on donne aux évènements et aux contextes qui nous concernent. T’es pas motivé ?? ok, ça peut arriver, mais tu es responsable… Les conditions de travail ne te conviennent pas ? c’est souvent le cas pour la plupart, mais tu es responsable. T’aimes pas ton job ? ça aussi ça arrive à beaucoup de monde, mais tant que tu n’as pas d’autres solutions, tu es responsable.

  • Responsable de qui, de quoi et où ?

Il y a plusieurs dimensions dans la responsabilité :

  • On est responsable de soi même. Responsable de la façon dont on se comporte, de notre attitude envers nous mêmes, envers notre travail et envers les autres.
  • Lorsqu’on travail en équipe, nous sommes mutuellement dépendant les uns des autres. Ce que je fais va impacter le travail de mon collègue, et vice versa. Combien de personnes sont ralenties dans leur travail car ils doivent rattraper le travail des autres ??
  • Je ne suis pas responsable des dons que j’ai, mais je suis responsable de leur développement et de la façon dont je les apprivoise. Ce sont comme des muscles. T’as pas choisi d’avoir des muscles, mais c’est à toi de te muscler, ils ne vont pas grossir tout seuls, sinon, ils seront atrophiés.
  • Tu es responsable vis des vis des engagements que tu as pris en signant un contrat pour un job…
  • Tu es responsable de ton année d’études, de tes apprentissages
  • Si tu as des enfants, tu es responsable de tes enfants
  • Si tu es engagé dans un couple, tu as aussi une responsabilité envers ton conjoint.
  • Financièrement, tu es responsable. Si tu dépends financièrement de quelqu’un, tu es encore plus responsable. En effet, ce n’est pas ton argent que tu dépenses mais celui d’un autre. Même si « l’autre » est ton père ou ta mère…

Tout sacrifier ?

Je vais nuancer tout ça… on ne va pas tout sacrifier sous le sens de la responsabilité. C’est à dire que la responsabilité est une des premières choses à prendre en compte quand on doit se ressaisir. De même lorsque l’on ralentit et quand on sent notre motivation baisser… Si vous pensez que le fait de ne pas aller jusqu’au bout des choses n’est pas dû à votre manque de responsabilité (car à ce niveau, vous n’avez pas de problèmes), revoyez alors les points précédents que nous avons abordés. C’est à dire, l’environnement de travail, votre motivation. Identifiez la cause que sert votre travail, le sens que vous y trouvez et les domaines de votre vie que vous ne devez pas mettre sous pression…

Et si vous n’y trouvez pas d’issues…

…et que cela prend une dimension plus grave, là, commencez à envisager de changer de travail, ou de façon de travailler. Refixez vous des objectifs de vie plus profonds.

Pour les slasheurs qui s’allument lors des phases de lancement, si vous avez l’opportunité de changer de travail. Priorisez un travail où votre créativité et votre raisonnement seront souvent stimulés. En ricochet, ils seront moteurs pour le reste des choses à faire. Et si ce n’est pas possible tout de suite, patientez grâce à votre sens des responsabilités et gardez ce projet comme objectif.

Mots clés :