# 3 : Job alimentaire… Is that bad ?!

By Blog

Job alimentaireDans ce 3e épisode, nous allons aborder la question du job alimentaire.

Comment les identifier ? Est-ce que vous définissez votre propre travail comme étant « alimentaire » ?

S’agit-il juste d’une question de rémunération ?

Le plus grand danger lié aux jobs alimentaires.

Votre plus grande force si vous pratiquez un job alimentaire.

Les réponses à ces questions dans l’épisode 3.

Durée de l’écoute : 6’03

Merci de vous abonner aux Podcasts. Vous pouvez nous suivre via l’app podcast de itunesDeezerStitcher ou sur Soundcloud, ou encore revenir sur le site internet. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook  , Twitter & Instagram.

Pour nous écrire, vous pouvez envoyer un mail à hello@slalompro.fr

Le lien vers d’autres podcasts, c’est ici.

Pour passer (gratuitement) le test des intelligences multiples, c’est ici.

Version texte : Job alimentaire… Is that bad ?

 

Dans ce podcast, je ne parle pas des jobs d’étudiants, mais des jobs pratiqués en tant qu’adulte sur le marché du travail et que l’on considère comme « job alimentaire ».

Job alimentaire : qu’est-ce que c’est ?

Qu’est-ce qui qualifie une profession de « travail ou job alimentaire ? ».

Il n’y a pas de critères officiels pour les définir.

Souvent, un emploi est considéré comme « alimentaire » lorsque la seule et unique motivation d’y aller est le salaire que l’on reçoit pour pouvoir se nourrir. Vous pouvez me répondre que c’est le cas de presque tous les emplois ! On travaille d’abord pour se nourrir. Si on avait le choix, beaucoup serait toujours en vacances. Oui mais la grande nuance, c’est que certains aiment se rendre à leur travail alors que d’autres non – malheureusement.

Différents degrés de tolérance

Pour certains, le terme « job alimentaire » évoque le fait de faire un travail qui nous permet tout juste de nous nourrir, sans plus, sans pouvoir s’offrir d’extra, de loisirs, de vacances. On fait ce boulot car on n’a pas le choix et qu’il faut remplir le frigo. Certaines personnes aiment ce qu’ils font, mais le salaire ne suit pas, il n’est pas suffisant. D’autres personnes tolèrent ce travail et vivent cela avec beaucoup de recul. Alors que d’autres malheureusement n’aiment pas ce job alimentaire et le vivent très mal.

Job alimentaire, mais confortable

Pour une autre catégorie de personnes, même avec un salaire confortable, ils considèrent ce qu’ils font comme « alimentaire ». Pour eux, cette notion évoque le fait de faire un travail sans aucune autre motivation que le salaire – mais un bon salaire !

Dans les deux cas, l’épanouissement n’est pas total. Et comme vous le constatez, « job alimentaire » ne sous entend pas forcement « rémunération basse ».

Comment on en arrive là ?

Alors, Comment on en arrive là ? Souvent, les personnes qui estiment faire un « job alimentaire » peuvent manquer d’une qualification spécifique. Ou bien elles ne trouvent pas de travail dans leur domaine. Souvent, pour les jeunes, on leur reproche leur manque d’expériences alors qu’ils sont diplômés. Ils doivent alors se rabattre sur un autre type de travail, un peu en urgence… Et ça peut être difficile de rebasculer dans leur domaine de prédilection. Pour les personnes ayant un salaire correct ou confortable, et qui jugent faire un travail alimentaire, ce sentiment est, soit la résultante d’une perte de sens de ce qu’elles font – ou bien, elles ne sont pas faite ou elles ne sont plus faites pour leur job actuel. Les raisons sont multiples.

Valorisant ou non ?

J’en reviens au thème de ce podcast : un job alimentaire, est-ce bon ou non ? est-ce valorisant ou non ?

Je pense que ce sont de mauvaises questions que l’on se pose. Ou du moins, ça dépend de quel point de vue on se place. Si vous vous comparez aux autres, c’est souvent plus difficile. Le plus important est votre regard sur vous même.

Déjà, cela vous honore de travailler même si votre travail ne vous apporte pas pleinement satisfaction. C’est une preuve de votre sens de responsabilité car vous faites tout pour répondre aux besoins de votre famille et ne pas dépendre de quelqu’un ou de l’état. Gardez cela en tête.

Cette saison aiguise votre sens de responsabilité.

  • Le plus grand danger que j’y vois, c’est le risque de niveler sa valeur vers le bas si ce que l’on fait est bien en dessous de nos compétences. Il faut veiller à ne pas se laisser avoir par cela.
  • Cela est pareil également pour les personnes qui n’ont plus de motivations pour aller au travail, car ils n’ont jamais reçu de reconnaissance, d’appréciations ou de feedbacks dans le cadre de leur travail. Votre valeur ne dépend pas du manque de reconnaissance.
  • Un autre danger : celui de rester dans cette situation sans chercher à trouver quelque chose qui nous correspond beaucoup plus, soit en terme de compétences, mais pas seulement. Cela peut être une question d’environnement professionnel, de domaines ou de relation de travail.
  • Veillez également à distinguer votre persévérance et votre résignation. Le fait de faire un travail alimentaire car vous n’avez pas le choix au jour d’aujourd’hui, fait de vous une personne courageuse, responsable, mature et persévérante. Mais discernez le moment où ce n’est plus de la persévérance mais de la résignation. Votre vie professionnelle ne se définit pas sur une seule saison de votre vie. C’est très important de garder ça en tête, surtout en période de doutes.

Le choix d’exercer un job alimentaire

Enfin, je veux aussi évoquer les situations où les personnes exercent un travail alimentaire par choix. Et oui, ça existe ! Certaines personnes font le choix d’avoir un travail dont les conditions leurs vont bien pour pouvoir à côté avoir un rythme de vie plus adapté pour vivre leur passion, pour leur vie de famille, ou bien pour développer un projet, une association ou une entreprise. Et c’est très bien ! Déjà, cela prouve que ces personnes ne misent pas tout sur leur travail, qu’ils ont une vie riche à côté de leur job ou bien qu’ils ne dépendent pas d’un travail pour bouger ou pour être épanouit, et c’est aussi une bonne perspective.

 

Mots clés :