#24 : Orientation : Le bon départ !

orientation podcastLorsque nous entamons un processus d’orientation, nous ne savons pas toujours par où commencer. Le point de départ dépend de là où nous partons. Il y a souvent 3 situations :

  • J’ai une idée de métier mais je ne sais pas comment y accéder
  • J’ai une idée d’études mais je ne sais pas trop à quoi ça va me mener
  • Je n’ai aucune idée

Dans ce podcast, nous allons voir quelques pistes de départ selon la situation dans laquelle on se trouve.

Durée d’écoute : 9’38 »

Infos partagées dans ce podcast :

Pour écouter les autres épisodes de la série :

#20 : Bien choisir ses options (lycée, études, formations,…)

#21 : Qu’est-ce que l’orientation aujourd’hui ?

#22 : Orientation : la posture et le rôle des parents

#23 : Orientation : les blocages

#25 : Orientation : voir au delà de son environnement

#26 : Orientation : Choisir un métier, un secteur, des études ou un centre d’intérêt ?

#27 : Orientation : Ces études sont-elles faites pour moi ?

Le test des Intelligences multiples est ici.

Merci de vous abonner aux Podcasts. Vous pouvez nous suivre via l’app podcast de itunesDeezerStitcher ou sur Soundcloud, ou encore revenir sur le site internet. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook, Instagram et Twitter.

Pour nous écrire, vous pouvez envoyer un mail à hello@slalompro.fr

Version texte

Lorsque l’on entre dans une démarche d’orientation, souvent, on ne sait pas, par où commencer… et on bloque. La première question à se poser peut paraître évidente, mais elle est pourtant indispensable : quel est mon point de départ ? Chez les lycéens, j’ai observé 3 cas de figures :

  • Premier cas de figure : j’ai une idée de métiers mais je ne sais pas comment y accéder
  • Seconde situation : j’ai une idée d’études après le bac, mais je ne sais pas trop à quoi ça va me mener
  • Et puis enfin : je n’ai aucune idée de quoi faire plus tard

Et pour chaque cas, nous allons voir par où commencer la réflexion et quels sont les enjeux.

Premier cas : J’ai une idée de métiers

Que vous sachiez comment y accéder ou non, le plus important est de se renseigner au maximum sur ce métier. Le but est de réduire l’écart entre la représentation que vous en avez et la réalité, afin de s’assurer que ce qui nous attire réellement dans ce métier fait bien parti de la réalité.

Pour cela, faites des recherches sur internet en tapant par exemple « journaliste fiche métier » ou « designer fiche métier ou designer description de métiers ». Prenez le temps de lire chaque description afin de cerner au maximum le quotidien d’une personne qui exerce ce métier, les tâches qu’elle réalise, l’impact qu’elle a autour d’elle.

Connaissances vs. personnalité

Certaines fiches métiers, comme celles de l’Onisep précisent également les qualités requises pour exercer ce métier. Et là, il ne s’agit pas de compétences professionnelles ou de connaissances, mais bien de personnalité. Et la personnalité ne s’apprend dans aucune filière, ça fait partie de vous. Donc le choix de métiers ne doit pas se faire qu’en fonction de connaissances scolaires, mais aussi en fonction de sa personnalité.

Si vous hésitez entre plusieurs métiers, prenez le temps de noter tout ce qui vous plait pour chacun des métiers, mais aussi ce qui ne vous plait pas. Cela vous aidera à avancer dans votre choix, ou à éliminer les métiers qui, finalement, après recherches ne semblent pas vous correspondre. Ensuite, essayez d’extraire le plus important pour vous. De plus, il est fort possible de trouver un lien commun entre plusieurs métiers qui vous plaisent. Par exemple, quelqu’un peut être attiré par le métier d’avocat et par l’Armée et le point commun serait l’importance d’appliquer la justice ou le fait de défendre des droits.

Avoir un Plan B

Aujourd’hui, avec les procédures d’entrées dans les écoles et les formations, il faut toujours avoir un plan B. Je ne veux pas avoir un discours pessimiste, mais c’est la réalité. Et donc, pour éviter de se retrouver en urgence à choisir un plan B par défaut, autant s’y préparer et avoir dès le départ un plan B qui vous ressemble aussi. Par exemple, si vous souhaitez être vétérinaire pour être utile ou bien pour le salaire, le plan B ne sera pas le même. Si vous tenez à être utile, vous choisirez un certain plan B, et si vous souhaitez surtout un bon salaire, vous choisirez un autre plan B – et si vous tenez toujours aux 2 éléments, vous choisirez encore un autre plan B. Je vous encourage à écouter l’épisode 12. Je mettrai le lien dans la description de ce podcast sur le site de slalomPro.

Ensuite, lorsque vous avez défini une certaine liste de métiers, à partir des fiches métiers correspondantes, vous pouvez remonter le parcours pour voir quel diplôme est nécessaire pour l’exercer, puis quels sont les masters et les licences qui mènent vers ce diplôme. Je vous invite également à visionner un tutoriel de recherche de fiches métiers sur YouTube, je vous laisserai le lien dans l’article à partir du site de SlalomPro.

Deuxième cas de figure : J’ai une idée d’études

Parfois, on n’est pas encore prêt à faire un choix de métier et ça peut se comprendre. Après tout, vous avez le temps de choisir et vous êtes encore jeûnes. Mais voilà, l’Education nationale demande de faire des choix, et ce, de plus en plus tôt. Comment faire ce choix qui va influencer votre avenir alors que vous ne souhaitez pas encore vous projeter dans l’avenir ?

Identifier les raisons du choix (le « pourquoi »)

Pour répondre à cette exigence, certaines personnes préfèrent choisir selon les matières ou des domaines d’études. C’est une bonne idée, à condition d’approfondir un minimum ce choix. Dans le sens où si on vous demande pourquoi vous avez choisi ça, vous soyez capable d’y répondre avec quelques convictions. Lorsque vous travaillez sur ce choix, essayez d’y trouver des éléments extérieurs mais aussi intérieurs à vous-mêmes. Les éléments extérieurs peuvent concerner les débouchés, le salaire espéré, les conditions de travail, les congés, etc. Les éléments intérieurs concernent plutôt l’intérêt pour les matières, l’épanouissement qu’elles vous procurent, leurs liens avec votre profil d’intelligences multiples ou vos centres d’intérêts.

Regarder au delà de l’intitulé : le contenu des cours

Renseignez-vous sur les différentes matières qui seront enseignées, le contenu des cours, les possibilités d’options également, et faites le lien avec ce qui vous intéresse vous.

Autre chose à vérifier, ce sont les passerelles possibles. Par exemple, après un DUT, vers quelle licence vous pouvez continuer, puis après une licence, vers quel master vous pouvez aller.

Et bien entendu, les débouchés. Alors même si vous n’êtes pas prêts à vous intéresser à un métier particulier, commencez quand même à survoler les grands secteurs. Par exemple : l’environnement, le commerce, le marketing, la sécurité, le tourisme, l’énergie… Le fait de débuter des études supérieures avec une certaine connaissance des secteurs professionnels pour lesquels elles préparent, vous permet d’avoir une certaine vision latérale. Elle vous permettra de passer petit à petit du monde scolaire au monde professionnel. Et même si vos intérêts changent entre temps, si le changement s’opère vers une meilleure définition de ce qui vous attire, c’est très bien.

Je suis bien consciente qu’il y a souvent un écart entre choisir une filière et des matières et choisir en fonction d’un environnement professionnel. L’idée là aussi est de petit à petit mieux connaître les univers professionnels qui gravitent autour de vous.

3ème cas de figure : je n’ai vraiment aucune idée de ce que je veux faire plus tard

Hélas, ce n’est pas une situation rare. Déjà, avant de se résigner et désespérer, je conseille de faire le travail que je conseille dans les 2 autres situations : travailler sur les fiches métiers à l’aide du tuto et du guide que vous pouvez télécharger sur le site slalompro.fr Vous pouvez aussi faire des recherches par secteur professionnel. Partez de ce qui vous attire naturellement. On parle là d’éléments naturels comme : j’aime la nature, j’aime enquêter et poser des questions, j’aime calculer,… en téléchargeant la checklist sur le site de SlalomPro, vous aurez accès à toute une liste de centre d’intérêts.

Autre solution, et la plus courante je pense, procéder par élimination des matières ou des domaines qui ne vous attirent pas. Il pourra arriver que plus tard, une idée de métier vous enthousiasme et vous demande de passer par des matières que vous aviez éliminées au départ. Il faudra être capable de faire marche arrière.

Les différents types d’études

Il en va de même pour les types d’études. Si au départ vous avez refusé l’université car vous n’êtes pas à l’aise dans ce format d’études mais que, finalement, vous avez envie d’exercer un métier qui demande à passer par l’université, vous allez devoir y passer ! Mais la différence, c’est qu’avec un objectif bien défini, vous serez plus motivé et ça vous donnera la force de supporter les conditions d’études.

Pour cette 3ème situation, il faut accepter le fait que le système d’études ne respecte pas toujours le rythme naturel de croissance et de maturité. Si vous n’êtes pas encore prêt à vous projeter, rappelez-vous qu’on ne peut pas forcer un arbre à prendre racines. Ça prend le temps que ça doit naturellement prendre, pour une croissance épanouie. Et si on poursuit le parallèle, les engrais qu’on peut utiliser seront des actions qui aideront le jeune à mieux se connaître, à se découvrir et à s’étendre. Pour qu’une plante ou un arbuste développe ses racines, il faut le rempoter.

De façon concrète ça peut passer par une nouvelle activité extra-scolaire, un temps à l’étranger, une année de césure, travailler. Même si c’est un job alimentaire ponctuel ou le choix intentionnel de faire des études qui lui permettront de mieux comprendre le monde pour une première année. Mais le plus important est de ne pas rester inactif.

Je suis consciente que la réalité ne se réduit pas à ces 3 cas de figure. J’espère au moins que ce que j’ai pu vous dire là vous aura permis d’avancer.

Mots clés :