#21 : Qu’est-ce que l’orientation aujourd’hui ?

By Ados - Lycéens, Blog

Orientation

S’orienter n’est pas qu’une histoire de destination, mais de parcours.
S’orienter, c’est connaître son véhicule, son moteur.
C’est savoir programmer son GPS avec le maximum de données connues.
C’est accepter de recalculer son trajet en cas de blocages ou d’obstacles sur sa route.

Quelques pistes pour mieux comprendre l’orientation.

Durée d’écoute : 6’54 (version texte ci dessous)

Le test des Intelligences multiples est ici.

Pour écouter les autres épisodes de la série :

#20 : Bien choisir ses options (lycée, études, formations,…)

#22 : Orientation : la posture et le rôle des parents

#23 : Orientation : les blocages

#24 : Orientation : le bon départ

#25 : Orientation : voir au delà de son environnement

#26 : Orientation : Choisir un métier, un secteur, des études ou un centre d’intérêt ?

#27 : Orientation : Ces études sont-elles faites pour moi ?

Vous pourrez aussi être intéressé par ces podcasts :

#12 : Quand le plan A ne marche pas, à quoi doit ressembler le plan B ? 

Merci de vous abonner aux Podcasts. Vous pouvez nous suivre via l’app podcast de itunesDeezerStitcher ou sur Soundcloud, ou encore revenir sur le site internet. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook, Instagram et Twitter.

Pour nous écrire, vous pouvez envoyer un mail à hello@slalompro.fr

Version texte

Cette série de podcasts s’adresse surtout aux lycéens et étudiants, ainsi qu’à leurs parents.

Comme vous l’avez remarqué, on parle beaucoup d’orientation et de plus en plus tôt… mais au fait, c’est quoi au juste l’orientation ?

Et surtout, qu’est-ce que s’orienter aujourd’hui ?

On va tenter d’y répondre. Avant, l’orientation concernait surtout UN choix. Un choix qui allait influencer pas mal d’années dans la vie. On se fixait un but, un métier, un diplôme et on avançait vers ce but, et si aucun obstacle ne se posait devant nous, on évitait de se poser des questions.

Aujourd’hui, l’orientation est bien sûr toujours une question de choix. Mais la société et les changements subits rapidement font que, avancer vers ce choix ne suffit plus.

Les études sont de plus en plus sélectives et on n’atteint pas forcément l’objectif fixé dès le départ. Donc, ce n’est déjà pas simple de faire un choix et lorsqu’on y arrive, celui-ci n’est pas toujours possible. Par exemple, on a raté un concours, ou la formation qu’on souhaite faire n’est pas disponible dans la région, ou on n’a pas les moyens de payer ces études.

Slalomer…

Est-ce qu’on a raté son orientation ? Bien sûr que Non ! On trouve des solutions pour contourner le problème. Et c’est justement ça l’orientation. C’est rebondir, c’est slalomer entre les obstacles, c’est emprunter des chemins différents, et trouver des solutions hors parcours classiques lorsque celui-ci n’est pas possible.

Donc l’orientation ne concerne pas seulement la destination mais aussi et surtout le chemin emprunté pour y arriver.

L’orientation, c’est faire DES choix

S’orienter, ce n’est plus faire UN choix, mais c’est apprendre à faire DES choix, et surtout, être conscient de ce sur quoi ces choix reposent.

Nous serons tous amenés à changer plusieurs fois de travail durant notre carrière et c’est important d’apprendre à faire des choix de façon pertinente. Les adultes qui accompagnent les plus jeunes doivent les aiguiller, pas forcément vers un choix, mais sur comment faire un choix.

L’orientation nécessite de mieux se connaître et mieux appréhender le monde dans lequel on évolue, afin de faire un choix éclairé.

Prenons l’image d’une destination géographique

S’orienter c’est d’abord prendre en compte le type de véhicule dans lequel on voyage et quel type de moteur il a – et en fonction de celui-ci, emprunter les routes les plus adaptées à son véhicule.

Savoir dans quel véhicule on est c’est « mieux se connaître ».

Mieux se connaître : c’est être conscient de ses capacités, de ce qu’on aime et ce qu’on n’aime pas. De ses points forts, de sa façon de raisonner, et d’apprendre. On ne se connaît pas d’un coup, ça prend du temps et ça se fait petit à petit, au fur et à mesure.

Il y a différente façon d’apprendre à se connaître, mais la meilleure façon, c’est de prendre du recul sur sa façon de réfléchir, ce qui nous questionne et comment on rentre en relation avec les autres. Il y a des tests aussi pour vous aider, comme celui des intelligences multiples qui est sur le site de SlalomPro, ainsi que d’autres tests de motivation et de personnalité qu’on peut trouver ailleurs.

Pour reprendre l’image de tout à l’heure : mieux se connaître, c’est savoir si on avance en voiture, en vélo, en train, ou en co-voiturage.

Ensuite, selon son mode de transport, on étudie les routes les plus adaptées

Et ça, c’est analyser et comprendre un système. Dans le cas des lycéens et des étudiants c’est comprendre le système des études supérieures et voir de quelle façon on peut trouver sa place. Si on veut devenir ingénieur, ça demandera de faire des recherches sur les différentes façons d’exercer ce métier.

Si on souhaite faire un travail plutôt manuel, ça demande les mêmes recherches. Ça demande de poser les bonnes questions autour de nous.

Un train n’empruntera pas les mêmes routes que les voitures. Et évoluer en moto ne se fait pas à la même vitesse que les bus, et pas non plus dans la même ambiance.

Paramétrer son GPS

Lorsque vous utilisez google maps, vous rentrez une destination. A partir de là où vous êtes, Google calcule votre trajet, mais vous devez préciser si vous êtes en voiture, à pieds, à vélo ou en transport en communs.

Tous ces éléments ensemble permettent de faire des choix pour planifier son trajet. Et parfois, lorsqu’il y a des obstacles, certains GPS comme waze recalculent notre trajet pour contourner le problème.

Donc s’orienter, c’est paramétrer son GPS avec le maximum d’infos sur nous et sur le trajet… observer les différentes routes possibles, et se décider à y aller, tout en étant conscient que le trajet sera fort probablement modifié.

Et pour rester sur cette image, un jeune pourrait me dire que pour le moment, il est assis à l’arrière de la voiture et que ce sont ses parents qui conduisent… oui, mais c’est aussi l’âge de la conduite accompagnée. C’est progressif. Vous ne prenez pas le volant du jour au lendemain. Vous apprenez le code de la route et lorsque vous vous sentez prêt, vous passez à la conduite accompagnée. Vos parents sont toujours là, mais c’est vous qui êtes au volant… mais les parents gardent un regard sur votre conduite jusqu’à ce que vous soyez prêts…

Je réponds à cette question de façon très imagée… au fur et à mesure des podcasts et des autres problématiques abordées, cette image vous parlera de plus en plus.

Voilà, je vous laisse avec cette image de l’orientation.

Merci de partager cet épisode autour de vous aux personnes que vous savez concernées par des choix à faire cette année.

Je souhaite une bonne rentrée à tous, qu’elle soit scolaire ou professionnelle et je vous dit à bientôt pour un nouvel épisode.

Mots clés :