#14: Doit-on vivre de sa passion ? Passions : entonnoirs ou racines ?

Doit-on vivre de sa passion ?Nous allons commencer une série de podcast sur le thème de la passion. Thème qui découle de la question suivante : « Doit-on vivre de sa passion ?« . La réponse à la mode serait « oui »… mais ce n’est pas si simple.

Dans ce premier épisode consacré à cette série, nous allons d’abord nous pencher sur l’importance d’identifier sa passion. Il y a différents degrés de passions. Nous avons distingué les « passions entonnoirs » et les « passions racines« . Nous abordons également l’importance du timing et de la maturité de la passion en nous.

Durée d’écoute : 9″00

Si vous préférez la version texte du podcast, c’est ci-dessous. Sinon, c’est sur le player (bouton rouge !).

Les autres épisodes de la série sur « Doit-on vivre de sa passion ? » :

#15 : Doit-on vivre de sa passion ? Gérer les contraintes professionnelles

#16 : Doit-on vivre de sa passion ? Quand la passion est associée à une cause

#17 : Doit-on vivre de sa passion vs. Faire vivre sa passion

Merci de vous abonner aux Podcasts. Vous pouvez nous suivre via l’app podcast de itunesDeezerStitcher ou sur Soundcloud, ou encore revenir sur le site internet. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook, Instagram et Twitter.

Pour nous écrire, vous pouvez envoyer un mail à hello@slalompro.fr

Vous pouvez écouter d’autres podcasts : c’est ici.

Pour passer (gratuitement) le test des intelligences multiples, c’est ici.

 

Version article si vous n’aimez pas les podcasts (ou ma voix !)

On pose souvent la question aux professionnels de l’orientation s’il faut choisir par passion ou par raison. Donner une seule réponse fermée n’est pas possible. Ca dépend de tellement de facteurs (individuels, contextuels, économiques, ect.)

« Vivre de sa passion ! »

Qui n’a pas déjà lu ou entendu ça d’un gourou professionnel du développement personnel ?

– « Tu ne sais pas quoi faire de ta vie ? Trouve ta passion et tu trouveras ta voie ! ».

– « Tu veux être épanoui ? Trouve ta passion ! ».

On est d’accord. Si c’était aussi simple de vivre de sa passion, je pense qu’il y aurait beaucoup plus de personnes épanouies. On n’est pas là pour faire surfer les gens sur une mode s’ils n’ont pas encore de planche…

Je vais être honnête avec vous, moi aussi, au début, j’ai fait partie de ces personnes qui conseillaient un peu trop facilement aux gens de trouver leur passion. Mais à force de rencontrer des jeunes assez lucides, je me suis calmée et j’ai revu ma posture, ma vision et la réalité.

La passion, qu’est-ce que c’est ?

Avant d’envisager de vivre de sa passion, je pense qu’une des difficultés liée à la passion, c’est déjà de définir ce qu’est réellement une passion. Ensuite, il faut l’identifier dans son propre univers sans se comparer aux autres. Et enfin, discerner si on doit en faire son métier ou non.

Il y a plusieurs définitions de la passion. En voici une, qui je pense correspond à ce que tout le monde sous-entend aujourd’hui.

La passion, c’est une très vive attirance, un goût extrême, un penchant très vif et persistant pour quelque chose ou quelqu’un, pour un type d’activité, un domaine.

En résumé, c’est ce qu’on aime faire ou ce qui nous attire naturellement.

« Faut-il vivre de sa passion ? »

Dans le sens : « Est ce que notre passion doit être la source principale de notre rémunération ? »

Alors NON.

Ce n’est ni une obligation, ni le graal à rechercher à tous prix, ni même pour tout le monde. Vivre de sa passion ne garantit pas son épanouissement. Je ne pense pas non plus que faire un choix par passion doive être plus valorisé que faire un choix par responsabilité. Les 2 sont possibles et compatibles. Faire de ta passion ton métier ET qui te permettent d’asseoir ton sens des responsabilités, c’est possible. C’est même l’idéal. Mais ce n’est pas toujours le cas. La vie professionnelle ne commence pas comme cela pour la grande majorité des gens sur terre.

Alors pourquoi il ne faut pas forcément que tout le monde vive de sa passion ?

Déjà, ça dépend de ta passion. Si tu es passionné(e) pour la confection de bonnets péruviens pour les poules, bon courage pour en vivre… mais on ne sait jamais ???

Mais ça dépend aussi et surtout de la façon dont tu t’appropries ta passion et à quel point tu es capable de la partager avec d’autres.

Identifier…

IMPORTANT : Il faut réellement identifier ce qui te passionne.

Pour certaines personnes c’est évident. Ils sont presque nés avec une attirance naturelle pour quelque chose. C’est plus facilement visible dans le domaine artistique. Des enfants musiciens ou des enfants doués en dessins. Mais si on prend d’autres domaines comme la nutrition (qui est aussi à la mode aujourd’hui), on a rarement vu des enfants se passionner par la valeur nutritionnelle qui se trouve dans leur assiette. Ce serait même un peu inquiétant non ?? Par contre, même si c’est une passion « évidente » cela ne veut pas forcément dire qu’il faut vivre de sa passion.

Timing & Maturité

On ne parle pas de la maturité de la personne, mais de la maturité du développement de la passion chez une personne. Parfois, nous aimons faire quelque chose, qui nous amènera à découvrir autre chose. La première activité a été un canal, une étape.

Exemples très simples

Vous êtes fou de vélo. Et au fur et à mesure, la pratique du vélo vous pousse à mieux étudier les muscles, le rythme cardiaque, la respiration, et finalement, vous vous rendez compte que vous vous intéressez à quelque chose de plus global que le vélo. Vous vous intéressez au corps humain, à son fonctionnement, ses limites et ses besoins. Si vous vous étiez arrêté au vélo en lui-même, ouvert une boutique de vélo ou autre et que finalement, au bout d’un moment vous sentez que ça ne vous correspond pas ? Imaginez tout l’argent, le temps, l’énergie et les relations investis pour ce projet ?

Autre exemple, vous aimez faire la pâtisserie. Au fur et à mesure, vous vous intéressez à la qualité des ingrédients et ce qu’ils apportent au corps. Alors que votre amie qui a fait les gâteaux avec vous, elle, s’est petit à petit intéressée aux évènements qui font appel à des traiteurs. Deux personnes au départ passionnées par la même activité peuvent évoluer différemment et vers d’autres passions qui leur apportent plus de profondeur.

C’est bien qu’une activité nous fasse évoluer . D’ailleurs c’est plutôt bon signe. Mais parfois, si on investit trop tôt financièrement et émotionnellement dans une première activité pour vivre de sa passion, pour ensuite voir que finalement, c’est pas vraiment ça qu’on voulait faire, c’est dommage.

Passion-entonnoir vs. Passion-racine

Il faut donc identifier quand une passion est une « passion-entonnoir » ou une passion que je dirais « plus stable ». Une « passion qui prend racine en vous », qui va vous chercher plus loin.

La première « passion-entonnoir » est plutôt libératrice et révélatrice. Elle vous permet de vous découvrir, de vous déployer. Ca peut être celle qui commence à libérer votre créativité. Cette libération ou cette stimulation que vous apporte votre ou vos passions « entonnoirs » va vous faire évoluer et vous amener à des endroits. Des endroits où vous ne seriez peut être jamais allé naturellement par vous-mêmes. Soit parce que ce sont des univers trop éloignés de votre environnement de départ. Ou peut être parce que vous n’y trouviez pas forcément de sens de prime abord.

Nous mêmes…

En parallèle à la maturité de la passion qui se développe en nous, il y a également notre propre maturité. Celle-ci est souvent associée à l’âge mais à ce niveau, il n’y a pas de règles. Vous pouvez très bien rencontrer des jeunes de 18 ans plus matures que des adultes de 28 ans. Nous ne sommes pas tous égaux à ce niveau. Mais pour faire le lien avec notre sujet de discussion, on va plutôt parler de la maturité à côtoyer certains environnements. Peut être que la jeune fille passionnée de pâtisserie à 16 ans ne se sentait pas prête à gérer des évènements. Vous pouvez aussi inclure des budgets et des plannings. Ou que le jeune fou de vélo ne se sentait pas concerné par les besoins de son corps.

Mais… il faut le plus souvent passer par la « passion-entonnoir » avant d’arriver à la « passion-racine ». Car souvent, on ne sait pas à ce moment là qu’il ne s’agit que d’une « passion-entonnoir » et que quelque chose de plus grand nous attend. Oui, on doit passer par une « passion-entonnoir » mais sans forcément y associer les enjeux professionnels. Mais surtout, on ne doit pas trop se précipiter si on n’a pas beaucoup de moyens, de ressources ou de maturité.

Pas de chemin parfait

Il y a plusieurs cas de figures, ni modèle parfait. Mais si tu souhaites transformer ta passion en profession pour pouvoir en vivre, il y a plusieurs choses à voir avant :

  • est-ce que ta passion actuelle a traversé l’épreuve du temps ? La définition de la passion précise le caractère « persistant » de cette vive attirance.
  • est-ce que tu as assez de recul pour discerner ce qui t’attire réellement à travers ta passion ? par exemple, tu es réellement passionné de moto mais tu sais que tu ne rentres pas dans les critères très restrictifs des courses de moto. Dans cette discipline, qu’est-ce qui t’attires le plus ? Quelles sont les racines ? la vitesse ? la mécanique ? le design ? ou ce que la moto représente en terme de liberté ou le fait de flirter avec le danger ?

Il ne faut pas exclure de faire un premier métier relié à une passion. Celui-ci nous mènera à une autre passion et donc un autre métier. C’est au cas par cas. Mais pour toutes choses, il faut évaluer la profondeur de l’intérêt, mais aussi l’investissement que cela représente en termes de temps, d’argent et d’énergie. Certains passeront par un métier-passion-entonnoir alors que d’autres non. Si on exerce un métier en lien, il faut également discerner le moment où il faut basculer vers sa « passion-racine ». Surtout lorsqu’il ne faut plus s’accrocher à l’entonnoir.

On peut également tester une passion en activité rémunératrice de façon ponctuelle. Le temps partiel est aussi une bonne idée pour complément de revenus. Cela vous permettra de vous confronter à cette réalité. Ca sera d’ailleurs le sujet du prochain podcast/article : la passion et notre relation professionnelle avec celle-ci.

Pour découvrir les autres podcasts, suivez ce lien.

Mots clés :