#12 : Quand le plan A ne marche pas, à quoi doit ressembler le plan B ?

Plan A et plan BPlan A ou Plan B ?

Comment débuter une réflexion à partir d’une porte qui se ferme ? Partir de cette porte et voir sur quel type de chemin on souhaitait se trouver après l’avoir franchie.

Le plan A n’est pas toujours celui qu’on emprunte, voir même rarement. Dans ce podcast, j’expose plusieurs exemples « stéréotypés » concrets pour vous aider à débuter votre propre réflexion et trouver le potenteil plan B !

Durée d’écoute : 4’54

Merci de vous abonner aux Podcasts. Vous pouvez nous suivre via l’app podcast de itunesDeezerStitcher ou sur Soundcloud, ou encore revenir sur le site internet. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook, Instagram et Twitter.

Pour nous écrire, vous pouvez envoyer un mail à hello@slalompro.fr

Vous pouvez écouter d’autres podcasts : c’est ici.

Pour passer (gratuitement) le test des intelligences multiples, c’est ici.

Version texte : Quand le Plan A ne marche pas, à quoi doit ressembler le Plan B ?

Comment trouver des solutions quand le plan A n’a pas marché ? Concours raté, formation refusée, opportunité manquée de faire la profession qu’on a toujours souhaité faire….

Pour que ça soit concret, je vais donner pas mal d’exemples. Des exemples assez courants chez les jeunes étudiants. Mais, cela vous aidera dans votre propre réflexion si vous êtes déjà sur le marché du travail, ou si après quelques années de pratique vous sentez que vous devez changer de métier.

Le Plan A… et toujours le Plan A ?

Parfois, on se rend compte que le Plan A ne nous correspondait finalement pas du tout. Mais cet angle de réflexion que je vais vous proposer concerne les cas où la personne se sent toujours concernée par le plan A, dans le sens où elle sent qu’il y a toujours quelque chose qui l’attire dans cette première idée.

Par exemple

Beaucoup veulent faire médecine. Si on sonde tous les étudiants en première année de médecine, on trouvera différentes motivations ou raisons. En voici quelques unes :

– Aider les gens

– Gagner beaucoup d’argent

– Etre attiré par la science et l’étude du corps humain

– Aimer les défis et choisir ce qui est le plus dur

– Faire médecine suite à la pression des parents

– Faire comme papa ou maman

Donc, la première année passe, le concours arrive et résultats : vous n’êtes pas dans le classement. Quel est le plan B ? Le plan B ne sera pas le même pour tous les étudiants qui souhaitaient pourtant le même plan A.

Choisir selon la motivation et non le chemin

On reprend la liste des motivations :

– Pour ceux qui souhaitaient faire médecine pour aider les gens, vous pouvez aider les gens dans tellement d’autres métiers. Il faut identifier de quelle façon et par quel biais pour souhaiter apporter votre aide. Il y a d’autres métiers qui touchent au médical/paramédical, mais vous pouvez aider aussi par l’économie, la science, l’éducation, la transmission…

– Vous vouliez gagner beaucoup d’argent ? il y a également d’autres métiers qui le permettent : trader, pilote, juge, avocat, notaire, mais aussi serrurier et plombier (…et oui !)… Mais veillez à être réellement intéressé par le métier que vous choisirez… la quantité d’argent n’est pas une motivation suffisante pour mener une carrière épanouie sur du long terme.

– Vous étiez attirés par la science et l’étude du corps humain ? Recherchez des études qui vous permettront de faire de la recherche ou des métiers avec une dimension d’analyse et de recherche, comme ergonome ou comme ingénieur en recherche clinique et épidémiologique.

– Vous vouliez faire médecine car vous aimez les défis et vous aimez vous attaquer au plus dur ? … là j’sais pas…. essayez peut être Koh Lanta et vous verrez ensuite !

– Et pour ceux qui sont là pour rassurer les parents… Et bien le meilleur plan B… c’est que ça devienne votre plan à vous…

Nos réelles aspirations

Derrière un échec ou une porte qui se ferme, il faut rechercher ce à quoi on aspirait profondément. Ou quelle était l’action ou l’impact recherché au travers ce plan A.

Autre exemple :

Beaucoup sont attirés par des études de droit… et après le premier mois de cours, les effectifs d’étudiants présents aux amphi chutent considérablement. C’est la grosse claque. Ils trouvent les cours tellement ennuyants, trop techniques, trop loin de ce qu’ils attendaient… mais justement ? qu’est-ce qu’ils attendaient ?

– Certains choisissent de faire du droit parce qu’ils aspirent à un monde plus juste

– D’autres veulent défendre les valeurs humaines

– D’autres sont attirés par le prestige souvent associé aux avocats dans les séries américaines

Si les études de droit, mais aussi les débouchés de cette filière ne vous correspondent pas, revoyez vos motivations de départ pour trouver le plan B qui vous correspond le mieux :

– Faire appliquer la justice . Vous pouvez être policier ou travailler dans l’ESS, pour une économie plus juste et plus solidaire

– Si vous souhaitez défendre les valeurs humaines, vous pouvez faire science politiques ou vous professionnaliser dans l’humanitaire

– Si vous recherchez le prestige ou l’élégance, vous pouvez porter un costard tous les jours, peu importe le métier que vous faites (bon ok, peut être pas si vous êtes plombier 😉

Cet exercice peut concerner tout le monde à un moment de sa carrière. Même si vous savez que vous ne vous êtes pas trompé de boulot – au moment où vous sentez une baisse d’ambition ou de motivation, re-demandez vous pourquoi vous aviez choisi de faire ce boulot. Cela vous permettra de prendre des décisions pour votre évolution professionnelle ou pour votre prochain plan B.

Mots clés :